Informations

Nouveaux produits

Promotions

Aucun produit en promotion en ce moment.
G

Auteurs dont le nom commence par la lettre G

Il y a 12 produits.

Sous-catégories

  • Gala

    Ecrivain depuis 2012 dans l’univers fantastique et fantasy, Gala a désiré se lancer dans une nouvelle aventure, à l’orée d’un monde imaginaire destiné aux plus jeunes. Son concept de « Livre à deux voix » lui a été inspiré par son vécu de maman. Tous les soirs, lorsqu’elle lisait une histoire à ses enfants, elle rêvait de pouvoir les faire participer, mais bien souvent les textes étaient trop compliqués et décourageants pour leur jeune âge. C’est pourquoi elle a souhaité mettre ce nouvel outil à la disposition des mamans qui, comme elle, souhaitent faire participer leurs bambins à la lecture du soir, afin que ce moment devienne agréable et complice. L’enfant peut ainsi lire une page sur deux. Celle-ci est écrite en gros caractères et comporte des mots simples et faciles à lire. La page destinée aux parents, quant à elle, est plus complexe et incite les enfants à apprendre un vocabulaire plus fourni. Chaque histoire comporte une petite morale afin que parents et enfants puissent en discuter une fois la lecture terminée. Les sujets sont souvent lourds et importants (racket, handicap, abandon d’animaux, …) mais ils sont traités de façon abordable et intelligente. 

  • Dorgia Galan

    Auteur de la collection Indécente

    Galan Dorgia, épicurien et curieux. Amoureux des rimes, des femmes, de musiques et d’absinthes. Ses textes reflètent son vécu et nourrissent ses fantasmes.

    Entre 2007 et 2009, il publie ses poèmes dans la webrevue gothique Reflets d’Ombres sous le pseudonyme Galandin.

    En 2012, il collabore avec le photographe Alain Bouchareissas pour une mise en photo de ses textes.

    Par la suite, il auto-publie son premier recueil intitulé « La plaisante poésie libertine ».

    En 2015, il participe au premier concours du Prix de la Nouvelle Erotique, sa nouvelle « L’ombre de l’immaculée conception » est l’une des finalistes.

    En 2016, les éditions l’Arlésienne publient son second recueil de poésie érotique « Jouissance terrestre avant l’hanté cri » et il crée l’annuaire web des Auteurs Erotiques.

  • Lara Game

    Auteur de la collection Vénus rouge. 

    Jeune maman âgée de vingt-trois ans, née à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-dôme en France, Lara GAME de son vrai nom Laura, a toujours été passionnée par la langue française et plus particulièrement par l'écriture. Auxiliaire de vie de métier, bien que passionnée par ce dernier, elle ne s’est jamais sentie réellement compète jusqu’à ce qu’elle commence à poser ses idées sur le papier. Ce n'est que plus tard, qu'elle va se découvrir une puissante addiction pour la lecture. 

    Elle se lance alors aujourd'hui dans son plus grand rêve, l'écriture de romans. Grande romantique et sentimentale, elle ressent très vite le besoin de mettre une belle histoire d'amour sulfureuse sur le papier, le besoin de mettre des mots sur des émotions est alors plus fort que tout.

    C'est la naissance du tome un de Désinhibition.

  • Karine Gehin

    Auteur de la collection Indécente.

    La littérature fait partie de sa vie depuis son enfance. Lectrice assidue, Karine décide un jour de passer de l’autre côté du miroir et d’écrire à son tour.

    Lauréate d’un premier concours avec un polar humoristique intitulé « On ne joue plus depuis longtemps », elle enchaîne plusieurs publications, toujours sous forme de nouvelles. Son livre « Les battements du cœur d’Alix » (Storylab) a été en compétition pour le prix des lecteurs du livre numérique en 2015.

    Parallèlement, elle se lance dans l’érotisme. Son crédo : des histoires contemporaines, pétillantes et sans tabous. Tels « Pulsions », sur le thème de la Domination/soumission, ou la série Lily, écrite en duo avec William Tinchant (aux éditions Dominique Leroy).

  • Francine Godin-Savary

    Née dans l'Oise où elle habite toujours, Francine Godin-Savary a exercé le métier d'infirmière en psychiatrie ce qui ne l'a pas empêché d'élever ses quatre enfants. A la retraite depuis plusieurs années, elle a commencé à écrire un roman : La Déferlante, puis sa suite : Le Secret de Warcliffe. La Déferlante a été publié à compte participatif et Francine Godin-Savary se rend dans différents salons du livre pour le faire connaître.

  • Ronan GOUEDARD

    Auteur de la collection I-Mage-In-Air

    « Les rêves sont les prémices de l'avenir ». C'est avec cette conviction que j'ai grandi, avec elle que je me suis toujours battu pour mener mes projets. Après tout, quel avenir pouvons-nous espérer sans rêves ?

    J'ai commencé à écrire des histoires à l'âge de six ans, d'abord pour imiter mon frère aîné. Je me suis arrêté après quelques textes et j'ai grandi, la tête dans les nuages, l'esprit porté par les œuvres de R.A. Salvatore et Andrezj Sapkowski pour la littérature, dont les aventures de Drizzt Do'Urden et Geralt de Riv résonnent encore dans ma tête. Il y a aussi la merveilleuse série des Final Fantasy et le chef-d'œuvre Chrono Trigger, pour les jeux vidéos. Quant aux mangas et aux animés, j'admets sans honte que Escalflowne et Berserk ont été d'une grande influence.

    À l'âge de 21 ans, j'imaginais sans cesse depuis un certain temps un personnage sortant d'une forêt ; à sa vue s'offraient des montagnes d'un côté et un océan de l'autre. Une image redondante qui a suscité mon désir de vivre de nouvelles aventures. Alors, j'ai entrepris l'écriture de « La Colère des Dieux ». Et… comment vous dire que la volonté de créer cette série m'est venue comme une envie de pisser ? D'abord un simple texte pour chasser cette aspiration que je refoulais, les quelques pages se sont bien vite muées en un récit épique.

    Ainsi s'est éveillé mon souhait de devenir écrivain. Depuis lors, j'ai bravé monts et vaux, séduis rois et reines, affronté armées, dieux et créatures mortelles pour vous rapporter ces récits. Ou peut-être ai-je seulement ouvert une fenêtre pour poser mon regard sur un autre monde ?

  • Gramain Nicolas

    Auteur de la collection I-Mage-In-Air. 

    Mon père était un amoureux des livres, de tous les livres. Si j’ai découvert la BD franco-belge grâce à lui, j’ai mis aussi un premier pas dans le monde des romans par le biais de sa fabuleuse collection. Mon premier choc fut la découverte de Sherlock Holmes. Je devais avoir une douzaine d’années et je compris cette fois ce que voulais dire être immergé dans un livre. Bien sûr, il y a avait les enquêtes policières passionnantes, mais j’étais également ému par l’histoire d’amitié entre Watson et Sherlock. Je verse toujours une larme quand je termine « le dernier problème » ou « son dernier coup d’archet ».

    L’entrée au collège allait refroidir mon élan littéraire. Premier livre de sixième : Le Lion de Kessel. Une première partie chiante comme un discours de sénateur (de mon point de vue). Et c’était parti ensuite pour tous les grands auteurs français : Balzac, Flaubert, Hugo, Montaigne, Rabelais, Stendhal, Zola, Proust (le pire !)... J’ai eu des profs de Français qui nous ont fait beaucoup lire, mais que des vieux auteurs. Que des fresques sociales pour la plupart des œuvres étudiées. Pour un ado, je vous jure que c’est pas passionnant, surtout que leur modernité laissait à désirer. Mais j’étais quand même dans les meilleurs de ma classe en Français, de la 6ème à la première. Je lis très facilement, j’ai une bonne mémoire et je suis curieux.
    Heureusement, lors des fiches de lecture que nous devions faire, je suis tombé sur Poe. Et là, révélation. Histoires extraordinaires. Le titre n’est pas trompeur pour une fois. Le père du roman policier, un univers poétique, noir, torturé. Génial. L’innocence de mon enfance s’était envolée et découvrir ce maître de l’analyse de la perversité humaine allait guider mes futurs pas d’écrivain. La part d’ombre, explorer son côté noir, m’a toujours attiré. Il y avait là une vérité que l’on cachait aux enfants.
    Et puis en cherchant d’autres livres de Poe, je suis arrivé sur Stephen King. Le réduire à l’horreur serait une erreur. « Marche ou crève » est mon roman préféré de lui, j’ai rarement eu autant d’empathie pour un perso, ici le héros, et l’histoire de ces ados, obligés d’avancer ou d’être tués, trouvait l’écho attendu en moi. Une critique simple mais terriblement efficace de notre société qui correspondait à mon état d’esprit d’alors (et que j’ai toujours, ma doudou confirmera que je n’ai pas évolué...) Je vous conseille aussi « Jessie ». A partir d’un pitch minimaliste : une jeune femme se retrouve attachée à un lit suite à une partie de jambe de l’air qui termine mal, King nous livre une œuvre anxiogène au possible.
    Je n’ai pas été attiré que par des sentiments angoissants (je suis pas un psychopathe ou un sociopathe, non plus, la pulsion de mort est celle des ados après tout), la littérature était avant tout pour moi un vecteur de connaissances et de rêves. En ce sens, les « Fourmis » de Werber a constitué un véritable plaisir de lecture, et j’ai lu beaucoup de ses œuvres jusqu’à cette impression de redite.
    Les genres policier et fantastique/horreur avaient donc mes faveurs. Ce que je voulais d’un livre, c’est qu’il me fasse vibrer, que je sois acteur de l’histoire. C’est quand j’ai commencé à écrire moi-même que j’ai réfléchi au style, la clé pour devenir un auteur à part entière. Et puis, en terminale, avec la philo, j’avais pu aussi affiner ma réflexion, et surtout apprendre à la partager avec mes lecteurs potentiels. Si Nietzche était incontournable pour moi qui croit toujours à la recherche de la transcendance ; ce sont ses brillantes critiques de notre société qui là encore m’interpellaient. Et qui m’ont permis d'arriver à Baudrillard et sa « Société de consommation ». Ce mec était un génie : il avait deviné l’évolution de notre société trente ans en avance.
    Des choses à dire, à raconter, j’en avais, encore fallait-il donc savoir les mettre en scène. Se trouver un style. Au début, c’était trop scolaire, mais c’est en lisant Bukowski (découvert grâce à Robert Crumb, merci la BD) et surtout « Voyage au bout de la nuit » de Céline, que je compris que le style n’était pas qu’une recherche, c’était avant tout une mise à nu. Bien sûr, certains sont plus beaux que d’autres, mais à défaut d’être talentueux, je pouvais être sincère. 

    Aujourd'hui, je suis l'auteur d'un recueil de nouvelles et de trois romans, je fais aussi des critiques et suis membre d'un jury de concours de nouvelles noires (trophée anonym’us)."

  • Françoise Grenier Droesch

    Après avoir longtemps dessiné, Françoise a eu l’affront d’un personnage qui refusait de se laisser enfermer dans les limites d’une feuille de papier. Elle a dû aborder le passionnant métier d’auteur afin de transcrire d’autres plans comme au cinéma. Ainsi Le Comte de Nerval a sévi dans son premier roman Le Piano Maléfique.

    Depuis, cette passion lui a fait connaître du monde et envisager de publier d’autres textes selon le bon vouloir de son imagination, toujours imprévisible. En retraite, elle n’a plus aucun scrupule à passer des heures sur des histoires assez sombres en général, sauf cas particuliers : quelques histoires pour les enfants car en tant qu’ancienne institutrice, ce serait dommage de s’interdire d’avoir un fervent public de jeunes lecteurs. 

  • Laurence Guerrieri

    Auteur de la collection Electrons Libres - Témoignages

    Née en 1967, un vingt deux Septembre rendu célèbre par une chanson de Brassens, j'ai aimé étudié en classe préparatoires et ensuite à l'université.

    Ma rencontre avec l'Art contemporain a ensuite marqué un tournant dans ma vie, passionnée par la création et le sentiment tenu mais essentiel qu'il provoque, j'ai organisé mon existence autour de la promotion d'artistes.

    J'ai ouvert une première galerie il y a 20 ans et depuis je me consacre à faire connaître et diffuser des artistes peintres, sculpteurs, photographes.

    En parallèle, l'écriture a toujours occupé une place essentielle dans mon existence, j'ai rédigé des pièces de théâtre et des nouvelles, la fiction née de l'imaginaire ne m'a jamais paru être une évasion mais bien au contraire la seule vraie inspiration qui aide à vivre.

    "Écrire c'est une manière de vivre".

Résultats 1 - 12 sur 12.
Résultats 1 - 12 sur 12.